Facebook et ses suggestions : encore raté !

Publié le 30 Décembre 2016

Facebook m'invite à voter contre la vaccination obligatoire. WTF ?

La pub sur Facebook, c'est énervant bien sûr, amusant parfois et souvent très instructif. Le principe : Facebook analyse ce que vous publiez, ce que publient vos amis et dans les trous entre deux publications, essaie de vous proposer les pubs sur lesquelles vous avez le plus de chances de cliquer.

Facebook a compris que je suis une femme. Les premiers temps, il a donc essayé de me refourguer des régimes et du maquillage. Raté, cela ne m'intéresse pas.

Comme j'ai étudié dans une grande école et que j'en suis sortie il y a une bonne dizaine d'années, Facebook se dit que j'ai dû amasser un petit pécule pendant ma glorieuse carrière et m'a logiquement proposé des produits de défiscalisation. Raté, je fais de la recherche (donc je n'ai pas de quoi m'acheter ni résidence principale, ni résidence secondaire, ni compte en Suisse). Et en plus je pense que c'est bien de payer ses impôts !

Ensuite, il s'est rendu compte que plusieurs de mes amis travaillaient dans des ONG et diffusaient des contenus à caractère humanitaire. Il a donc essayé de me faire aimer toutes les ONG possibles. Raté, puisque j'avais déjà aimé celles auxquelles je voulais afficher mon soutien.

Dernièrement, j'ai mentionné une pétition que j'avais signée en ligne. Du coup, j'ai été promue activiste. Maintenant, Facebook me propose de me mobiliser pour des campagnes virtuelles. L'ennui, c'est que pour les robots qui analysent mes traces, tout se vaut. Une pétition est une pétition (je ne sais pas combien le clic rapporte en terme de monnaie). Que ce soit pour la paix dans le monde ou pour le retour de Casimir.

Cela en dit long sur les usages des sites de pétitions en ligne (vous savez, après avoir signé votre pétition, vous pouvez donner de l'argent à la campagne ... cela sert à polluer les fils d'actualité Facebook des personnes profilées compatibles). Cela montre aussi à quel point Facebook ne comprend rien à ce qu'il scanne. Aujourd'hui, il a encore choisi pour moi une suggestion diamétralement opposée à mes valeurs : une super campagne de mobilisation contre la vaccination obligatoire !

Je comprends bien comment elle s'est retrouvée là : j'ai des amis Facebook - courageux, masochistes ou dévoués, je ne sais comment les qualifier - qui tentent de lutter contre la désinformation sur les pages des anti-vaccins. Personnellement, je n'ai pas la patience. Je devrais pourtant, car en cherchant "Vaccination" sur YouTube, je tombe d'abord sur deux pleines pages de bullshit, citant toutes une seule source : le Pr Joyeux.

En tant que scientifique, cela me met la puce à l'oreille. Cela n'évoque pas le consensus scientifique, d'autant plus que le personnage a été radié de l'ordre des médecins. Tout d'abord, ce monsieur n'est pas un spécialiste des vaccins, ni dans sa pratique clinique (il est cancérologue), ni dans sa pratique de recherche (qui porte sur la régénération hépatique et les pathologies de l'intestin). Pour démontrer les dangers des vaccins, il faut donc qu'il s'appuie sur les travaux de quelqu'un d'autre ... Où sont les collègues qui auraient obtenu des résultats accablant les vaccins ? Pourquoi ne les entend-on jamais, eux ? (Personnellement, j'ai donc envie de croire qu'il n'y a pas de données.)

Quand on regarde dans les détails, M. Joyeux ne s'oppose pas à la vaccination en général, mais aux vaccins "accessoires". Il prône le retour à un vaccin DT-polio simple, plutôt que le cocktail hexavalent disponible actuellement, qui vaccine notamment contre l'hépatite B. En soi, cela ne me gêne pas. Certains vaccins sont obligatoires, d'autres recommandés, et je comprends que l'on milite pour que les cocktails minimaux soient disponibles. Cela ne sert à rien de prétendre qu'on laisse le choix aux familles si en pratique, il n'y a pas le choix.

Ce que M. Joyeux défend, c'est donc la liberté des familles de se priver des vaccins recommandés. C'est une revendication politique, et en tant que telle elle est tout à fait légitime. Ce qui me gêne, c'est qu'il ne présente pas du tout les choses ainsi. Il prétend défendre la santé de ses patients contre des pratiques qui les mettent en danger.

En réponse aux accusations de désinformation formulées par l'Ordre des médecins, M. Joyeux répond « Le grand public est mieux informé aujourd’hui qu’il y a dix ans. [...] Le grand public a une compétence scientifique qui nous rattrape. » Là, j'ai encore une fois envie de répondre : où est la science ? Où sont les données ? Comme l'explique très bien Le Pharmachien, c'est irresponsable de prétendre éduquer le grand public à coup d'interventions titrées "Pour ou contre la vaccination" - activité dans laquelle M. Joyeux se complaît.

Si vous en avez le courage, lisez, écoutez, visionnez des témoignages de parents anti-vaccins (ici, ou , ou encore , il y a l'embarras du choix !).
 
- la rougeole, c'est pas grave*
- ça ne sert plus à rien de vacciner contre des maladies qui ont presque disparu**
- les vaccins ça ne marche pas à tous les coups.***
- les vaccins, c'est plein de métaux lourds comme ... euh ... l'aluminium****
- les vaccins ça sert à rien maintenant qu'on a des antibiotiques*****
- les vaccins, c'est pas vegan******
 
Pour moi, loin de démontrer des compétences scientifiques époustouflantes de la part de parents qui auraient tout compris et devraient donner des leçons à Marisol Touraine, cette liste indique plutôt qu'il y a un grand besoin d'expliquer aux parents le principe de la couverture vaccinale. La plupart le connaissent bien, mais ils ont envie de prêter attention à cette petite voix qui leur susurre à l'oreille que les vaccins sont en fait plus dangereux qu'on ne le croit (et qu'il y a un complot derrière tout cela). Pourquoi ? Une réponse en images et en anglais.

Pourquoi avons-nous envie de croire les anti-vaccins ?

* osez dire ça à ma copine Perrine qui a failli en mourir

** ben justement, si elles ont presque disparu, c'est que ça marche pas si mal que ça, les vaccins ! Et d'ailleurs, quand on ne vaccine plus, elles reviennent. La preuve en Ile-de-France, où en raison des flux migratoires on rencontre à nouveau des cas de tuberculose, alors que la maladie semblait presque éradiquée grâce aux campagnes de vaccinations obligatoires en France.

*** c'est vrai. D'ailleurs ma copine Perrine avait été vaccinée contre la rougeole. C'est aussi pour protéger ceux qui ne sont pas encore immunisés (les bébés) ou ceux chez qui le vaccin ne fonctionne pas qu'il faut à tous prix que les autres soient vaccinés, afin de minimiser l'exposition des plus fragiles.

**** « Métal lourd » désigne « tout composé d'antimoine, d'arsenic, de cadmium, de chrome hexavalent, de cuivre, de plomb, de mercure, de nickel, de sélénium, de tellure, de thallium et d'étain ainsi que ces matériaux sous forme métallique, pour autant qu'ils soient classés comme substances dangereuses » C'est la définition donnée par l'Union Européenne. Cela ne contient pas l'aluminium. D'ailleurs si vous avez un peu de sens pratique, vous vous souvenez que c'est un métal particulièrement léger.

***** Est-il besoin de rappeler que les antibiotiques ne soignent que les infections bactériennes et pas celles causées par les virus ? Donc ni la rage, ni la rougeole, ni la variole, ni Ebola, ni l'hépatite C ... De plus, les bactéries ont tendance à devenir antibio-résistantes. Mieux vaut donc prévenir que guérir, car l'efficacité des remèdes est de moins en moins garantie.

****** Là, j'avoue, je reste coite ! Heureusement qu'il y a Reasonable Vegan

Repost 0
Commenter cet article