Un an dans les salles obscures

Publié le 12 Janvier 2014

L'étui de ma carte de cinéma est prêt à exploser. Retour sur un an de cinéma avant de jeter tous mes vieux tickets :

 

Sugar man - rien que pour la BO ...

Foxfire - la révolte d’un groupe de jeunes filles capturée dans toute sa grâce et sa sauvagerie.

La nuit du chasseur - quelle expérience de revoir adulte ce film qui m’avait terrorisée petite !

Au bout du conte - ce n’est pas leur meilleur, mais Bacri et Jaoui, ça marche toujours.

Le passé - Asghar Farhadi est un génie de la construction. Quelle tension !

Frances Ha - sympathique errance dans New York au pays des losers.

Gare du Nord - un film-OVNI qui s’intéresse aux gens. C’est si rare ...

Jimmy P, psychothérapie d’un Indien des plaines - cela aurait pu paraître interminable, mais les comédiens sont excellents.

Attila Marcel - une belle surprise, et l’occasion d’entendre une dernière fois la voix de Bernadette Lafont.

Gravity - lourd, comme son nom l’indique

Inside Llewyn Davis - encore une errance dans New York au pays des losers. Et moi qui m’attendais à un film drôle !

En solitaire - l’idée de départ était belle, dommage qu’elle ne franchisse pas la ligne d’arrivée

La jalousie - pour aimer ce film, il faut tomber amoureux d’Anna Mouglalis. Facile !

The immigrant - ce n’est pas la Nuit nous appartient, mais c’est du James Gray, et il est surdoué

Suzanne - vivant, juste et émouvant ...

Casse-tête chinois - pile ce qu’il fallait pour un jour de convalescence en vacances

The lunchbox - un film touchant qui fait plus qu’ouvrir l’appétit

A touch of sin - implacable

Rédigé par Algue

Repost 0
Commenter cet article